• 23 novembre 2006 / EN APARTE

    Pascale Clark reçoit Sheila dans cette prestigieuse émission, à l'occasion de la parution de l'intégrale et du prochain Cabaret Sauvage. Sheila est bellissima ! Quelle classe...

    PC : C'est votre vie qui repasse en ce moment, Sheila ?

    S : Ma maman m'a appris à tout garder, donc j'ai tout gardé, depuis le début, c'est pour ça que dans l'intégrale, il y a aussi un disque qui est mon audition. Maman l'avait gardé. J'ai toujours tout empilé en me disant que quand je serai une très vieille dame je trierai. Je pensais le faire à 80 ans, mais cette intégrale m'a obligée à plonger dans 44 ans de ma vie, et je suis passée par toutes les émotions, tous les sentiments. C'est une vie, 44 ans.

    PC : Il y a eu cette plongée sous caméras, vous êtes tombée dans le domaine public, on peut dire ça ?

    S : Oui, j'ai découvert ce que c'était de ne plus pouvoir sortir dans la rue, prendre le métro, faire les boutiques, j'ai grandi sous cloche, je vivais toujours avec les mêmes personnes, surprotégée...

    PC : Est-ce que vous réalisiez, Sheila, que vous ne vous apparteniez plus vraiment ?

    S : Eh bien là par exemple on vient de voir les images du mariage, là on se rend compte de l'importance euh... à vrai dire je sais même pas si on se rend compte. Sincèrement je me demande si un jour je me suis rendu compte de quelque chose. Moi, à la fois j'ai tout le temps travaillé, à la fois je n'ai jamais eu la sensation de travailler parce que je fais quelque chose que j'aime, donc c'est une espèce de déséquilibre constant. Je crois que j'ai pris conscience de ma vie le jour où j'ai arrêté de chanter, à vrai dire. Aujourd'hui j'ai la sensation que mes chansons ont accompagné des instants de la vie des gens.

    PC : Ben oui, vous avez été la bande-son de toutes ces années ! Quand on est tellement dans la lumière Sheila, est-ce que ça rend vulnérable ?

    S : Euh... oui. Oui ! Même maintenant, j'ai peur de la foule, j'ai la sensation d'être toujours épiée, on devient un peu parano mais c'est normal. Aujourd'hui ça ne veut plus rien dire mais c'est inconscient, ça fait partie de moi !

    MISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOUR

    Je vais vous chanter une chanson qui va bien résumer la situation d'aujourd'hui, ma vie et peut-être aussi mon état d'esprit, et qui s'appelle

    Sur Un Fil

    MISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOUR

    PC : Vous êtes fragile quand même, hein...

    S : Oui, je suis un être humain, j'ai des moments d'éclats de rires, et des failles, comme tout le monde.

    PC : En ce moment, il y a un spectacle qui s'appelle Age Tendre et Têtes de Bois, ça vous donne quelle impression, pardon je veux pas être méchante, ça n'a pas un petit côté pathétique quand même ?

    S : Ecoutez, je ne vais pas répondre à cette question... Je sais pas. Moi j'ai un chemin qui est complètement différent de ça, moi j'avance, je ne regarde jamais derrière moi. Ce n'est pas quelque chose qui me tente ce spectacle, c'est merveilleux qu'ils le fassent, mais moi mon chemin il n'est pas là. Je ne vis pas dans mon passé, ce qui m'intéresse c'est la suite, c'est de savoir si je vais faire un nouvel album. ça dépend d'un contrat, a priori ce n'est pas un contrat qu'on va me signer, mais ce n'est pas grave, je crois que les choses il faut les prendre comme elles arrivent. Tant qu'on peut donner quelque chose, il faut le faire. Le jour où on n'est plus capable de faire ça, il faut aussi savoir fermer sa valise et partir ailleurs, c'est ça l'intelligence, enfin je le pense...

    MISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOURMISES A JOUR


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    stevie94 Profil de stevie94
    Vendredi 5 Octobre 2012 à 19:27

    Je trouve que c'est la coiffure qui lui va le mieux maintenant.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :