• Commentaires, impressions et souvenirs : Part II

    C'est avec la chanson écrite pour notre anniversaire, J'avais envie de vous revoir, que Sheila a choisi de nous retrouver après l'entracte. On peut dire qu'elle a appris à gérer ses émotions, car elle tient le coup, bien mieux que nombre d'entre nous qui essuient furtivement une larme...Elle est jolie, vêtue d'un pantalon de smoking noir gansé de satin noir sur les côtés , une veste de smoking noire entièrement paillettée avec revers de satin noir fermée par deux élégants boutons fleurs du même satin, et toujours le body noir transparent... Elle a chaussé d'élégants escarpins noirs à talons. Les cheveux sont relevés en petit chignon. A la fin de la chanson, après un "Happy Birthday Sheila" tonitruant chanté par le public, elle annonce une séquence Rock'n roll, arrache l'épingle qui retenait ses cheveux et, jetant sa tête en avant, libère une longue queue de cheval (naturelle, bien sûr !). Elle retire alors sa veste, enfile un gilet de cuir noir sans manche entièrement clouté sur le devant, un seul long gant également clouté à la main droite, et elle attaque d'une voix assurée Runner, un titre de 1981 jamais interprété, suivi presqu'aussitôt d'un autre titre du même album, I'm still Believin'. Pour ma part, je pense qu'il aurait été plus significatif qu'elle choisisse plutôt Little Darlin', qui a été le tube de l'album éponyme et qu'elle n'a jamais défendu sur scène. Notons, sans méchanceté aucune mais avec clairvoyance, que Sheila a un peu oublié son américain, et qu'elle répétait plusieurs fois les mêmes couplets, employant au besoin le langage "yaourt" dans ces deux titres... Pas de doute, c'est à présent Je suis comme toi, autre titre des années 80, pourtant déjà interprété au Zénith en 1985, et à l'Olympia en 1989. Là aussi, Sheila a toujours eu du mal à vraiment mémoriser les paroles originales, mais elle retombe toujours habilement sur ses rimes... Sans que nous le sachions encore, l'un des moments majeurs du show va maintenant se dérouler. Une nouvelle chanson, et une chanson qui à coup sûr aura une réelle importance dans la discographie de Sheila : elle s'intitule Je pardonnerai, et dès l'intro, dès les premières mesures, dès les premiers mots, on comprend qu'il s'agit là d'un chef d'oeuvre où Sheila, avec ses tripes, avec ses larmes et avec sa sueur, nous donne tout, nous dit tout... Chacun est saisi de torpeur dans son fauteuil, chair de poule garantie... L'un des seuls instants où le public de Sheila est silencieux, et même recueilli. L'interprétation est exactement celle qu'aurait pu en faire Johnny, violente, désespérée, lucide aussi. Bravo, et merci pour ces frissons d'émotion... Sheila s'esquive après les applaudissements. Le lourd rideau rouge se tire, mais le show est loin d'être terminé ! Les musiciens apparaissent des coulisses, installant devant nous qui un piano noir, qui une batterie, une contrebasse... La lumière est tamisée, et l'on sent que l'on va changer de registre... Dans l'embrasure du rideau de velours se glisse à présent Sheila, magnifiquement sanglée dans un imper noir dont la ceinture est nouée sur le côté. Sur ses hanches et  à l'arrière, le mouvement du tissu soyeux est amplifié par de larges plis qui lui confèrent un tomber superbe. Nous reconnaissons l'intro de la chanson, Sheila nous chante là Un gamin de Paris, créée par son amie Mick Micheyl. Des cintres sont descendues des guirlandes d'ampoules, comme dans les bals populaires des années d'après-guerre... Elle continue par un grand classique d'Edith Piaf, Padam-Padam, repris en choeur par la salle ébahie, puis nous donne une belle version de Sous le ciel de Paris  que se partageaient entre autres la même Piaf et Jacqueline François. Après de longs applaudissements, Sheila, appuyée sur le beau piano à queue, ferme les yeux au son de l'accordéon de Magalie Ripoll... Une émotion palpable, visible même flotte à la fois sur la scène et dans la salle. Sur Sheila et sur nous. C'est une interprétation bouleversante de la superbe chanson de Bourvil et de Juliette Gréco, Le petit bal perdu (C'était bien) que va nous offrir Sheila, qui, je le crois, s'est soudain désincarnée. Elle est habitée totalement par la musique magique qui habille si bien les mots qui sortent de son âme avec force, tendresse, espoir et désespoir mêlés. Sheila ne s'aperçoit pas, ne peut pas s'apercevoir que des larmes perlent à ses paupières... Elle n'est pas tout à fait là. Lorsque l'accordéon se tût dans un long sanglot, Sheila nous expliqua pourquoi elle avait tenu à interpréter ces chansons-là. Dix ans plus tôt, à l'occasion de ses 40 ans de carrière, elle perdait presque simultanément sa Maman et son Papa. Elle savait qu'ils étaient là quand même avec nous tous, et regardant vers les cieux en les cherchant, nous apprit avec de la tristesse dans la voix qu'il s'agissait des chansons qu'ils lui chantaient lorsqu'elle était enfant. Après cet instant de grâce absolue, elle nous dit que le passé c'est bien, mais que le présent est encore mieux, et elle va nous présenter à présent quelques nouveautés ! Cinq d'affilée ! Sur la premiére, On s'en fout, chanson légère et pétillante très Yves Martin, Sheila dénoue son imper qu'elle finira par retirer en dansant. Suit le tubesque Pour sauver l'amour, qu'elle nous fait chanter avec elle puisque nous sommes nombreux à l'avoir déjà apprise ! C'est un morceau entraînant et entêtant, le genre qu'on n'oublie pas facilement et qui tourne dans la tête... Je me passe est le titre suivant. Il s'agit d'une ballade où Sheila nous avoue, ravie, qu'elle s'est "réconciliée avec celle qu'elle a été, enfin...". Ce qu'elle va d'ailleurs nous prouver ensuite, en revenant des coulisses habillée en... Sheila ! Escortée par deux splendides danseurs, elle va monter les dix marches de l'escalier qui a été installé sur la scène pendant son changement de tenue. Lorsque la lumière se fait sur elle, on la découvre sculpturalement moulée dans une combinaison à paillettes que n'aurait pas reniée la Sheila de Tempérament de feu ! Accompagnée de 6 boys, elle va se faire meneuse de revue pour Si je chante encore, du cousu main qui lui va comme une... combinaison à paillettes !!! Un superbe morceau qui prend sur scène toute sa dimension, dans un style qu'elle n'avait encore jamais abordé... Mais ! on ne va pas en rester là ! Un nouveau titre nous attend, aux antipodes du précédent, mais un truc vraiment génial... Avec Mon Eldorado, on retrouve une Sheila complètement allumée, une nana totalement folle, qui danse sur une musique techno ! Les 6 danseurs, incroyablement lookés, avec des lunettes de plongée sur le nez (!), commencent un ballet tandis que Sheila, au fond, nous tourne le dos. Alors que la chanson avance, Sheila se retourne, court vers l'avant-scène les bras au ciel en hurlant... Elle crie "STOP !!!" et s'adresse au régisseur qui vient à sa rencontre avec un micro. "Non, je suis pas d'accord ! Je vais danser, là, donc je voudrais bien avoir un petit micro comme ça, comme aux Etats-Unis quoi, comme les américains ! Il y a des restrictions dans le budget ? Bon, tu veux pas ?" Elle s'avance vers le public : "Vous me connaissez, je n'ai pas l'habitude de vous cacher des trucs ! Vous savez quoi ? Celle-là, je vais la faire en play-back !" La salle rit et applaudit. On entend alors la voix d'Yves :  "Ben y'en a qui se gênent pas...". "ça, c'est vrai aussi. Mais eux, la différence,  c'est qu'ils ne le disent pas ! Donc, je vais la faire en play-back, mais à ma manière...". La musique reprend du début, et pendant toute la durée de la chanson, Sheila restera bouche close, se contentant de danser, sourire, et faire mille mimiques... Irrésistible !!! La salle est en transes. Puis arrive déjà le moment des rappels. Le premier sera Spacer, dans une très bonne version (ouf !). Sheila revient sur scène, dans la même combinaison, mais largement ouverte sur son décolleté, et avec une coiffure disjonctée faite de deux macarons d'où jaillissent des flots de longues mèches blondes en tous sens ! Les danseurs assurent encore, ils se défoncent littéralement et à la fin, deux d'entre eux inondent le public du premier rang d'étoiles argentées. "Danse Olympia, danse !" nous exhorte Sheila... Nous ne pouvons que lui donner satisfaction... A peine remis de ce rythme fou, voilà le roi du monde qui déboule ! C'est King of the world ! En duo avec Gilles Morvan, Sheila s'éclate et nous offre un moment explosif ! Le ballet des danseurs est encore une fois excellent, les lumières dansent elles aussi, c'est de la grosse artillerie... Après ceci, le rideau se referme, les traditionnelles suppliques du public reprennent et Sheila nous rechante, mais en version acoustique cette fois, avec deux guitares, J'avais envie de vous revoir. Elle s'assied sur le rebord de la scène et nous offre sa main à tenir, à caresser, à embrasser. "Tu chantes, toi..." nous demande-t-elle, belle, digne, émouvante et émue... Le premier soir se terminera sur ce titre, qu'elle bissera le samedi. Dimanche, pour la dernière, elle confiera qu'elle veut qu'on se sépare dans la gaieté et choisira de rechanter Spacer.

    Nous aurons vécu des moments d'une rare intensité, tant dans l'émotion que dans la folie et, malgré le fait que nous serons nombreux à déplorer l'absence de certains titres tellement espérés et jamais chantés sur scène, on peut vraiment dire que ce spectacle du jubilé est à la hauteur de l'évènement, de par la performance des huit musiciens, l'excellence des six danseurs, les voix des deux choristes, le décor, et les lumières d'une qualité irréprochable. Le meilleur show de Sheila, à l'égal du Zénith. Et Sheila ? Magnifique. Une voix d'or, encore meilleure de jour en jour, une silhouette de rêve, des tenues très seyantes et très music-hall, du rêve en paillettes. Et heureuse. Tellement heureuse de chanter. De faire ce pour quoi elle est née. Capable de donner à 2500 personnes à la fois tant d'amour, si généreusement, si entièrement, qu'on peut se demander comment elle reste debout. Cette femme est unique, n'en doutons pas. Continuons nous aussi à l'aimer à chaque instant car nous sommes la sève dont elle se nourrit et que, quoi que nous puissions faire, nous ne serons jamais quittes car nous ne pourrons jamais lui restituer tout le bonheur qu'elle nous aura donné tout au long de nos vies...


  • Commentaires

    18
    thierry pierre
    Lundi 17 Décembre 2012 à 20:58

    Le cabaret sauvage , bien sur , je le savais ...mais quand même un spectacle à part pour moi... 

    Sinon pour les 40ans je n'aurais gardé que "l'absent" (sublime) , pour les 50ans que "mais quand le matin" (pour son grand ami cloclo )...et stop ! 

    Cela ne l'empêche pas de trés bien se débrouiller sur les" grandes" chansons françaises ou mondiales ....mais là n'est pas le propos....  moi , quand je vais voir un chanteur je veux 90 % de son répèrtoire !

    17
    ff
    Lundi 17 Décembre 2012 à 20:29

    Alors là, c'est moi qui ne suis pas d'accord avec vous, enfin uniquement sur le dernier Olympia. 2002, je n'avais quasiment rien aimé dans les reprises, je voulais du Sheila pour 40 ans de carrière et je n'aurais gardé que L'Absent et Chariot (mais en entier).

    Cette année, l'hommage au copain Cloclo est enfin réalisé ( et magistralement en plus), les petits clins d'oeil aux copines sont inattendus et finalement bien brefs. Et j'adore le medley pour ses parents, ce sont des chansons du patrimoine, elles appartiennent à tout le monde et on se rend compte que Sheila excelle sur certaines, j'adore l'entendre sur de "grandes" chansons du répertoire français.

    Quant à Sylvie, il me semble qu'elle fait régulièrement ce genre d'exercices dans ses concerts, elle a même sorti un album entièrement constitué de reprises de chanteurs des années 60. Bon, c'est vrai, elle a malencontreusement oublié de rendre hommage à Sheila...

    16
    GILLESCD Profil de GILLESCD
    Lundi 17 Décembre 2012 à 20:19

    Je te rejoins à 300% Thierry ! Le jour où Sylvie osera reprendre du Sheila en live, on en reparlera... Je trouve aussi dommage qu'à chaque fois, en effet, des chansons de notre amie soient sacrifiées au profit de titres qui ne lui appartiennent pas... En 2002, L'Absent, tellement magnifique, aurait suffi selon moi. Cette année l'excellent Mais quand le matin qui trouvait sa justification par le décès d'Eric Charden... Mais c'est vrai que trop, c'est trop ! Des gens, non fans, que j'amène aux concerts, ne comprennent pas ça non plus et disent "m'enfin, si on vient voir Sheila, c'est pour l'entendre chanter des chansons de Sheila"... CQFD !!!

    15
    ff
    Lundi 17 Décembre 2012 à 20:13

    À quand ?  Il y a 6 ans au Cabaret Sauvage ! Du 100% Sheila !

    14
    thierry pierre
    Lundi 17 Décembre 2012 à 20:10

    En discutant "d'impressions sur l'olympia 2012" ,j'ai une petite réflexion , comme ça.... Je trouve que notre Sheila fait dans la plupart de ces spectacles une part un peu trop belle aux chansons des autres , comme dans ces  "medley chic ,medley disco ,top à Petula,les grands standards americains etc.... là en 2012 les années 60 avec Sylvie ,Françoise et France gall ,puis les chansons d'après guerre "... tout ceci au detriment de ces propres chansons (et pourtant son catalogue est vaste... jusqu'à 700 chansons dit elle !!)... une chanson , je veux bien  (comme johnny le fait !), mais plus...sur un spectacle d'environ 20 à 23 chansons , cela fait beaucoup quand même , non ?   Il y a tellement de quoi faire avec son répertoire quand même immense , avec toutes ces chansons moins connues , mais tellement appreçiées de nous tous et bien sur jamais chantées (on a tous une liste personnelle trés longue à lui soumettre sans problème...)  Voila , c'est tout ... Vous êtes pas un peu de mon avis ?....A quand un grand spectacle vraiment 100% SHEILA ?...Yves puisses tu m'entendre !!

    13
    ff
    Lundi 17 Décembre 2012 à 16:03

    @ olivier2...

    Il ne me semble pas avoir lu tes impressions sur cet Olympia 2012. C'est parce que tu n'as pas pu ou voulu t'y rendre ? Ou parce que tu n'as pas souhaité donné ton avis ? Si la première raison est la bonne, malgré tes opinions plus que mitigées sur la Sheila "martinisée" depuis 98, tu ne regrettes pas d'avoir raté ce très beau spectacle* qui a l'air d'avoir comblé la grande majorité du public présent et si c'est la seconde raison, qu'en as-tu pensé alors ?

    "martinisée", parce que tu sembles avoir conservé beaucoup d'amour et d'admiration pour la Sheila des années 60 et 70 et moins pour celle des années 2000...

    Désolé si tu as déjà livré ton avis quelque part et que je l'ai raté.

    (* que tu pourras sans doute avoir la chance de découvrir en 2013 )

    12
    ff
    Dimanche 30 Septembre 2012 à 12:23

    Je ne sais pas si c'est Mon Eldorado, la chanson qui a fait l'unanimité ou plutôt la choré et la façon extrêmement audacieuse et délirante dont Sheila a présenté ce titre sur scène. Perso, je ne déteste pas, loin de là, mais je sais que ça ne sera jamais un de mes morceaux préférés, parfait pour les boites tout de même. Je trouve Si je chante encore bien plus interessante autant dans le style que dans les paroles et je l'aurais bien vu comme premier single pour défendre l'album à paraître même si mon coup de coeur reste le surprenant et excellent Je pardonnerai que je verrai bien en second single. J'avais envie de vous revoir s'est finalement révélé une bonne surprise à l'Olympia (alors que cet été, l'accueil par les fans avait été généralement moyen) mais ça ne reste qu'une chanson de circonstance destinée à tomber rapidement en désuétude. Je suppose (et espère) que j'apprécierai davantage On s'en fout sur disque, pareil pour Je me passe... Finalement, je me demande si celle que j'aime le moins parmi les 7 qui ont été dévoilées n'est pas celle que Sheila et Yves Martin ont décidé de mettre en avant pour démarrer la promo de l'album : Pour sauver l'amour... J'ai fait mon boulot de fan, j'ai téléchargé légalement le titre, je l'ai écouté plusieurs fois mais j'accroche pas vraiment, l'orchestration est un peu meilleure que sur Pour te retrouver  (que je n'ai jamais beaucoup aimé) mais ça y ressemble quand même beaucoup et les paroles guère plus inspirées. J'ai l'impression que c'est parce que c'est enfin et surtout le "nouveau single de Sheila" qu'il y a un tel engouement sur ce titre chez les fans mais est-il vraiment si efficace que ça ?

    11
    Dimanche 30 Septembre 2012 à 10:07

    Merci pour cette retranscription, comme si nous y étions de nouveau ! J'ai aussi préparé un texte sur les 2 parties, mais je fais très attention de ne pas copier sur ce que tu as écris... J'ai bien aimé cette 2è partie, j'ai eu la surprise agréable de voir "Runner" et "I'm still believin", car l'album "Little darlin'" est une pépite ! C'est marrant de voir "Mon eldorado" faire l'unanimité... Au début, j'ai adoré tout de suite, mais je commence à me lasser de cette chanson, (je ne sais pas pourquoi...), elle devient répétitive. Je préfère de loin "On s'en fout", "Je pardonnerai", "Je me passe"... Vivement cet album tant attendu, pour mieux apprécier encore + !

    10
    ff
    Vendredi 28 Septembre 2012 à 11:53

    ...malgré le fait que nous serons nombreux à déplorer l'absence de certains titres tellement espérés et jamais chantés sur scène...

    Mon principal regret aura été l'absence de mes 2 titres disco préférés de Sheila (I don't need a doctor et You light my fire) que j'espère à chaque nouveau spectacle, ne serait-ce que le temps d'un refrain intégré dans un medley. J'avoue que je me suis bien fait avoir par le message de Sheila, j'aurais parié qu'on aurait Long sera l'hiver et je m'en réjouissais, avec une voix moins criarde et un saxo sur les ponts instrumentaux, ça aurait pu être superbe. Je n'ai pas été surpris par l'hommage à Charden mais je pensais qu'il se ferait sur Ma vie à t'aimer que j'adore mais jamais je n'aurais cru que j'apprécierais autant une nouvelle version de Dans une heure (chanson que je trouvais assez quelconque) et surtout que j'adorerais à ce point l'hommage inattendu à Cloclo/Charden et cette géniale reprise de Mais quand le matin (elle devrait même penser à la sortir en single après la promo de l'album). Je pensais aussi, sans les attendre forcément,  qu'on aurait La Colline de Santa Maria, Dalila, Kennedy Airport, Little Darlin... des titres qui auraient sûrement bénéficié eux aussi d'une superbe orchestration comme ce fut le cas pour l'ensemble des chansons retenues pour cet Olympia 2012 .  Après, j'ai été rassuré de voir qu'elle avait finalement zappé Le Mari de Mama, Julietta, Toujours des beaux jours, Tous les deux... mais finalement quand on voit ce qu'ils ont fait avec L'Arche de Noé, on se dit que tout aurait été possiblement délectable et jubilatoire... même Et ne la ramène pas !

    Ah oui, si je peux me permettre, un autre tout petit regret : le final. Autant, j'ai apprécié ce tour de force et de punch sur King of the world, autant je trouve que les vrais rappels devraient commencer à se faire après et qu'il manque une dernière chanson pas encore chantée au cours du spectacle (un truc plus doux et plus calme genre Chaque instant de chaque jour, parfaite chanson de clôture quand on écoute les paroles, même si elle l'avait déjà faite en 2002) et après elle peut revenir avec 1 ou 2 titres qu'elle a déjà exécutés au cours de la soirée comme ce fut le cas dimanche. Ne vous indignez pas, c'est juste une impression, je trouve un peu brutal de terminer sur KOTW, d'ailleurs, vendredi et samedi, je n'arrivais pas à croire que le concert s'arrêtait à ce moment et qu'on aurait seulement droit à la reprise de J'avais envie et j'ai été vraiment surpris (et déçu) quand la salle s'est rallumée...

    (@ Pascal, si j'avais été moins timide et que j'avais osé rejoindre Gilles plus longuement, j'aurais été également ravi de te rencontrer ainsi que la plupart des habitués de ce blog magique). Partie remise ?

    9
    Christian Durandeau
    Vendredi 28 Septembre 2012 à 11:29

    Bonjour Gilles,


    Vraiment CHAPEAU pour ton résumé de ce bel Olympia de notre GRANDE SHEILA, nous avons ressentis les mêmes émotions!


    Merci pour ton travail il met du soleil dans notre quotidien.


    Amicalement


    Christian

    8
    Pascal du Nord
    Vendredi 28 Septembre 2012 à 09:18

    Lire ton résumé ne me fait que me conforter dans ce que j'appelle 'être encore sur mon nuage' car je ne parviens toujours pas à chasser toutes ces images de ce concert de Dimanche où l'ambiance fût très,  chaude !               Si Sheila se trompait parfois dans ses textes comme pour "Tu es le soleil" ou "I'm still believin'" où elle répétait souvent "When I know you'll be bringing it home to me...", moi, çà me faisait sourire.                                              Quelle audace  et autodérision elle a eut en présentant en PB "Mon Eldorado" qui n'est pas mon titre préféré parmi toutes ces chansons nouvelles .                                                                                                             Rencontrer des gens faisait aussi partie de cette journée exclusive, des gens qui étaient tous là pour une seule et unique personne, pour "Quelqu'un et quelquechose" !                                                                                                                     Cette effervecence dans la salle, cette union, pour ne pas dire communion s'est vécu comme un rêve éveillé dont on n'a pas envie d'en sortir !              Il faut que le pays entier sache que Sheila est une artiste extraordinaire qui vaut le coup d'être écoutée sans préjugés, qui vaut le coup d'être vue et entendue sur scène !                                                                                            En 1985, à l'époque du Zénith, un journaliste écrivait : "N'achetez plus ses disques, allez la voir sur scène" moi, je rajouterai aussi qu'il faut absolument la voir mais acheter son nouvel Album qui est riche en excellentes chansons ! 

    7
    Pame Profil de Pame
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 23:50

    Merci mon Gilles tu es toujours aussi généreux et si gentil, je te remercie énormément pour ton reçit. Merci pour ce que tu fais pour Sheila elle est dans nos coeur depuis si longtemps que c'est toujours une fête de la voir partout. J'attends le documentaire sur la 3 avec une grande impatience ainsi que l'album. Sheila parle d'avenir tant mieux pour nous c'est bon signe elle n'est pas près d'arrêter avis aux mauvaises langues ...

    6
    alric
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 23:13

    Bonjour,


    je viens de découvrir votre blog par l'intermédiaire du forum le tam-tam du vent; j'apprécie toutes les photos que vous avez prises. Les miennes, perché en haut du balcon le 21 septembre (je n'étais pas dans les privilégiés des 1ers rangs ) n'ont rien donné -beaucoup trop loin ! mais j'ai pu apprécier le spectacle inoubliable dans son ensemble (chorégraphies/lumières /son mais parfois musique un peu forte masquant les paroles des chansons notamment inédites ...). Vos commentaires et la description des tenues sont remarquables ! bien ciblé. Chapeau !


    Je vis avec Sheila depuis mon plus jeune âge (quelques années que moins que la Dame ) et l'ai toujours suivi dans ses avancées ... et ses arrêts.


    Mon regret de ne pas l'avoir vu au Zénith (pas de DVD pour se souvenir) et à  l'Olympia de 89 (là j'ai le DVD !); mais je me suis ratrappé en 2002 Olympia - avec l'after DJ dans une petite salle-bar après le spectacle où j'ai pu "danser" avec elle quelques secondes- et 2006 Cabaret Sauvage- prestations différentes mais intimiste et accessible- Mais le concert du 21 (je n'ai pas vu les autres) restera à jamais gravé dans ma mémoire ! quel professionnalisme et Sheila n'a plus rien à prouver sauf toujours nous surprendre et une référence pour la jeune génération _ je sais c'est une remarque de "vieux" bien que je ne le suis pas dans ma tête comme le dit notre Annie ! espérons que si nouveaux spectacles il y a ce soit filmé et que l'ambiance ressentie au cours de ces 2h30 puisse se traduire dans l'écoute et la vision d'un DVD.


    encore merci pour votre blog dont je n'ai pas fini de parcourir toutes les rubriques (il va falloir des heures et des jours)


    bien amiSHEILAment


    5
    ff
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 22:57

    Quand le fan décrit le spectacle avec autant de talent et d'émotion que l'artiste quand elle l'offre... BRAVO GILLES !!!

    Je ne suis pas aussi certain que toi que Pour sauver l'amour soit aussi tubesque que ça mais pour le reste, je crois que je ne retirerais pas une ligne , pas même un mot de ton résumé si précis, si imagé, si passionné et passionnant même quand on a assisté au concert, peut-être même davantage d'ailleurs.

    Quelle rigueur ! Pas celle qui a effectivement un peu manqué à notre Sheila chaque soir quand elle reprenait le magnifique Runner (Keep your cool... je l'ai attendu en vain 3 soirs de suite et ce n'est pas faute d'avoir tenté de lui "souffler" ), sur King of the world, je serais incapable de dire qui de Gilles Morvan ou d'elle s'est le plus mélangé les pinceaux avec toutes ces rimes en ion (position, competition, opposition...) et elle a en effet un problème récurrent avec le texte de Je suis comme toi, Godard arrive toujours trop tôt et elle oublie de donner cet excellent et indispensable conseil final : "Tu fais la paix avec le pire, le meilleur c'est pour l'avenir..." C'est pourtant tout ce que nous pouvons lui souhaiter et nous souhaiter par la même occasion. Cela dit après avoir été témoin(s) de cette démonstration de talents si variés,  cette énergie intacte, voire décuplée et cette Sheila à la fois retrouvée et renouvelée, pas d'inquiétude, le meilleur, c'est bien pour l'avenir...

     

    4
    stevie94 Profil de stevie94
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 22:41

    Bien vu, Gilles! Tout y est. Ne manque plus que les images... Le reste est dans nos coeurs. 

    Pour ma part, je n'aurais pas chanté deux chansons de l'album "Little darlin'". Je reconnais que "I'm still believin'" est une des meilleurs du disque (dont je ne suis pas particulièrement fan, je vous l'avoue...), mais deux  à la suite, j'ai trouvé que ça cassait un peu l'ambiance.

    Quel dommage, effectivement, que "Je pardonnerai" n'ait pas fait partie du programme de dimanche! C'est certainement celle que je préfère des dernières. Quant à "Si je chante encore", je n'ai pas vraiment accroché.

    Sheila a été magnifique dans le tableau sur les années 50. Cela lui a permis de souffler un peu avant de s'enflammer à nouveau.

    J'ai également beaucoup aimé la version plus rythmée de "Ce soir, c'est notre anniversaire" qui ouvrait la deuxième partie de la soirée. Peut-être plus encore que la version acoustique! J'espère qu'elle nous offrira les deux versions sur l'album.

    "Mon eldorado" a fait, je pense, l'unanimité...

    J'espère qu'un jour Sheila rechantera "Le soleil est chez toi" et "Ma vie à t'aimer"! La prochaine fois? 

    A très vite, Sheila!

    3
    GILLESCD Profil de GILLESCD
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 21:01

    Merci mon Ami... Ces moments vécus ensemble nous unissent pour toujours...

    2
    FRANCOIS M Profil de FRANCOIS M
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 20:56

    J'ai la chair de poule de revivre ces moments grâce à toi et même des larmes ...Merci Gilles

    1
    jm.s
    Jeudi 27 Septembre 2012 à 20:23

    tu es geniale gilles , la façon dont tu nous comtes le spectacle fait vraiment partie de toi , tu le revies , tu y es encore , merci , je suis fan  depuis mon enfance de SHEILA, toi , c'est vraiment SHEILA qui coule dans tes veines . merci  encore . jm .



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :