• Février 1978, dans le hall du 27 rue de Surène. Par Wesley.

    Au mois de Février 1978, je me trouvais en vacances à Paris et ce jour là, après la visite de la capitale, j'avais décidé d'aller jusqu'au bureau de Sheila . Mes parents m'y avaient accompagné en voiture . Sheila était bien là et une dizaine de fans patientaient devant la porte, dans un froid glacial . Vers 18h30, mes parents, qui attendaient dans leur voiture, me dirent qu'ils souhaitaient s'en aller mais j'insistai pour rester encore une demi-heure, les fans répétant que Sheila ne tarderait plus à sortir... Je retournai devant l'entrée du bureau et, à travers la porte vitrée, j' aperçus Arthur, debout, au niveau du standard. Je pris mon courage à deux mains et franchis la porte... Je lui expliquai que j'attendais Sheila et que je souhaitais des dédicaces mais que mes parents étaient garés à l'extérieur et voulaient partir... Il prit alors le téléphone, expliqua que j'étais là, raccrocha et me dit : "Stay here, Sheila is coming !". Il disparut dans l'ascenseur et, une dizaine de minutes plus tard, Sheila en sortit... Je n'oublierai jamais son grand sourire et son visage lumineux. Elle était vêtue d'une veste marron avec fourrure et d'un pantalon de danse très moulant. Conversation, dédicaces... Elle était très enjouée et me dit qu'elle venait de répéter tout l'après-midi la chorégraphie de "I don't need a doctor". Je lui demandai si je pouvais la prendre en photo... "D'accord" ! Mais auparavant, elle demanda une brosse à la standardiste, se coiffa, prit des papiers, se mit des lunettes et...posa carrément pour la photo... ! Je n'en revenais pas ... Vint le moment de nous séparer et je la remerciai pour son accueil. Elle me répondit "De rien ! C'est gentil d'être venu !" et... elle me fit une bise. Elle reprit l'ascenseur et je sortis. Les fans à l'extérieur étaient très curieux : "Qu'est ce qu'elle t'a dit ?", "Mais, tu es de sa famille ?", "On pourra avoir la photo ?" ...Malheureusement, je ne pouvais pas m'attarder car je savais que mes parents avaient déjà longuement patienté... Quelques flocons de neige tombaient et il fallait repartir...A chaque fois que j'écoute "I don't need a doctor", je repense à cette soirée de Février 1978. Lors d'une autre rencontre, deux mois après, j'ai remercié Arthur d'avoir été "l'intermédiaire". Il se rappelait bien de la situation !

    Wesley.

    Février 1978, dans le hall du 27 rue de Surène.

    « 1973, la robe bleue à résilles.JOURNAL N°18 Novembre-Décembre 1965 »

  • Commentaires

    8
    Samedi 25 Octobre 2014 à 22:57

    BELLE! Jolie histoire! SHEILA etait elle accessible pour ses fans?Faisait t'elle des autougraphe souvnt?

    7
    Jeudi 18 Septembre 2014 à 14:56

    Merci Wesley pour ton anecdote intéressante Sheila n'était pas comme la décrive certains . Ravie et de te remercier d'être venu la voir .

    6
    Steph-Leo
    Mardi 16 Septembre 2014 à 21:05

    merci Wesley, c'est bien de nous raconter cette anecdote, on se retrouve à travers ça car j'ai eu moi aussi des rencontres qui m'ont touchées pour ne pas dire boulversées, mais je n'ai jamais pu décrocher un mot tellement j'ai toujours été subjugué en la voyant en vrai, comme si c'était un rêve.... Ta patience a été récompensée ! Merveilleux souvenir ......

    5
    Mardi 16 Septembre 2014 à 13:48

    Sheila comme je l'aime ! Tu as eu une chance formidable, tu dois en garder un souvenir mémorable. Merci pour le partage de la photo et de l'anecdote.

    4
    david
    Lundi 15 Septembre 2014 à 21:55

    C'est une bien jolie anecdote. Un souvenir inoubliable pour toi.

    3
    Lundi 15 Septembre 2014 à 20:53

    J'ai hâte de voir une photo du devant le 27 rue de Suréne pour vous narrer une anecdote ...

                                                                     :?:        

    2
    JIPOUNET
    Lundi 15 Septembre 2014 à 20:42

     Merci Wesley, j'avais déjà lu ton commentaire, c'est gentil de la part de Gillou de l'avoir mis sous forme de théma, ah ! ce Gillou qu'est ce qu'on ne ferait pas pour lui il est tellement génial avec nous !!!!

    C'est vrai que l'on repense toujours après ! Nous avec un petit groupe de téléréveurs il y a une semaine nous attendions Sheila pour son tour de chant à Douai mais nous l'avions déjà vue vers 18 heures venir répéter, sublime pour moi qui ne l'avais pas vu depuis plus de quinze ans !

    1
    claudo
    Lundi 15 Septembre 2014 à 20:17

    eh bien, il y en a qui ont de la chance ! merci pour cette jolie histoire

    enfin un commentaire  positif quant à la disponibilité de notre idole

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :